LE JOURNAL D’ENTREPRISE

Conçu et rédigé à l’intention de celles et ceux qui la font, le journal de l’entreprise est à la fois outil d’information et reflet d’une politique managériale positive.

À l’égal d’un véritable journal de presse écrite, il se construit selon une architecture propre à transmettre un ensemble d’informations relatives à l’entreprise et sa vie. Page de couverture, unes et gros titres, éditoriaux, rubriques récurrentes, encadrés, portraits, brèves, annonces et même… scoops, accompagnés de visuels et d’illustrations : c’est la richesse de son contenu et son caractère séduisant qui décideront de ce que l’on appelle, dans le jargon du métier : le taux de prise en main.[1]

Avec une périodicité et un volume déterminés par la quantité d’informations disponibles et la fréquence de leur renouvellement, le journal d’entreprise se révèle souvent comme l’un des outils de communication les plus appréciés et les plus efficaces du monde entrepreneurial.

À la condition cependant qu’il sache épouser une réelle ligne éditoriale et une éthique de l’information objective et sincère. A défaut, le journal d’entreprise ne nourrit, à parts égales, que deux choses : les corbeilles à papiers et le narcissisme de quelques dirigeants à ego aussi centrifuge que centripète.

Entre autres, donc, trois gros écueils à éviter :

  • L’information exclusivement descendante distillée par la direction pour la direction et ses cadres rapprochés.
  • La langue de bois et l’information « coquille vide ».
  • La sècheresse de contenu, de ton, d’aspect.
  • L’uniformité.

Hors ces cas de figure volontairement caricaturaux, le journal d’entreprise produit des effets extrêmement bénéfiques :

  • Il fédère en favorisant l’assise et le développement d’une culture partagée.
  • Il est apporteur de sens et de légitimité à tous les échelons d’une hiérarchie.
  • Il est diffuseur de connaissance et de savoir.
  • Il alimente la réflexion de tous et de chacun sur les grands sujets et thématiques de l’instant.
  • Il peut, le cas échéant, devenir tribune d’échange et « think-tank » (ou laboratoire d’idées en bon français).
  • Il procure  le moyen de découvrir les femmes et les hommes de l’entreprise sous un jour trop souvent méconnu.

Précisons enfin que, dans certains cas et sous certaines formes, le journal d’entreprise peut devenir un redoutable support de communication externe capable de fidéliser votre clientèle et de convaincre vos prospects.

Votre entreprise n’a, à ce jour, toujours pas son journal ?
Consultez-nous…



[1] Taux de prise en main : temps moyen durant lequel un lecteur-cible tient son journal en mains pour en faire la lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>